Le Café littéraire fête ses 25 ans

Le 16 novembre au Muséum d’histoire naturelle, le Café littéraire fêtera ses 25 années. Il a été créé en 1998 par trois membres de l’Académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire : Catherine Decours, Jean Amyot d’Inville, et Jean-Yves Paumier au CCO ( Centre de communication de l’Ouest)Quatre fois par an , l’équipe du Café propose une sélection de livres ( livres de la rentrée, livres d’ailleurs, histoire et biographies , livres de l’été). L’animation est assurée par Stéphanie Hanet ( Coiffard), Ghislaine Lejard, Noëlle Ménard, Jean Amyot d’Inville et de nombreux lecteurs. Les livres de l’Ouest sont présentés à chaque fois, par Jean-Yves Paumier et Noëlle Ménard.
Stéphane Pajot est l’invité d’honneur de ce centième Café

Grand prix de l’Académie française pour Dominique Barbéris, membre d’honneur

Dominique Barbéris récompensée

Dominique Barbéris a dédié son roman primé sous la Coupole à son père – Photo Olivier Dion

Le prix du Roman de l’Académie française a été attribué jeudi 26 octobre à Dominique Barbéris pour son roman Une façon d’aimer, publié fin août chez Gallimard.Déjà récompensé par le prix des libraires de Nancy-Le Point début septembre, c’est le 11e roman de la romancière de 65 ans, née au Cameroun .

Dominique Barbéris a fait ses études secondaires à Nantes, avant d’intégrer Normale sup et d’enseigner à La Sorbonne.
Elle est membre de notre académie depuis 2012 après avoir obtenu de notre part le Prix de Nantes .

Elle est reçue à l’Académie française par Amin Maalouf, secrétaire perpétuel et membre d’honneur de notre Académie

Dictée Jules Verne

Dictée Jules Verne 2023

Organisée conjointement par l’Académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire et le Conseil départemental de Loire-Atlantique,

La dictée Jules Verne a eu lieu le Mercredi 25 octobre

Les 90 participant(e)s ont tenté de déjouer les pièges et embûches semés dans le texte conçu par Julien Soulié* autour du thème de l’estuaire.

Les lauréats

Les lauréat(e)s et le chancelier Dominique Pierrelée

Les lauréat(e)s adultes

  1. Michelle Préault
  2. Saadia Mouduch
  3. Chantal Gueguen-Chaussepied/ Jacques Chevallier
  4. Lionel Maurouar
  5. Catherine Hourdin
  6. Maurice Bondu
  7. Jean-Luc Jaunet
  8. Marie-Monique Champy/ Jacqueline Boutet

Lauréate Jeune : May Pannetier

*Professeur de lettres classiques pendant 17 ans, Julien Soulié a toujours adoré l’étymologie, les dictées, les grammaires, les verbes irréguliers et les calembours. Verbicruciste pour diverses revues, dont 7 Étoiles, et pour Le Robert et Le Figaro magazine, il a remporté les « Timbrés de l’orthographe » en 2013 et écrit des dictées pour des concours. Auteur de nombreux livres sur la langue française, il a créé deux dispositifs ludiques du parcours permanent de la Cité internationale de la langue française.

Texte-dictee_2023

 

Amin Maalouf, membre d’honneur de l’Académie, élu secrétaire perpétuel de l’Académie française

Le chancelier Dominique Pierrelée et les membres de l’Académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire se félicitent de l’élection d’Amin Maalouf au poste de secrétaire perpétuel de l’Académie française. Ce dernier est également membre d’honneur de notre Académie depuis 2012 . C’est notre regrettée consœur Malika Pondevie qui l’avait accueilli officiellement. Il suit avec intérêt les activités de notre société. Ami de Michel Ragon, il a une maison à l’île d’Yeu.

Amin Maalouf lors de sa réception en décembre 2012 (cliché Ouest-France)

Voici un lien vers un article publié le 11 décembre 2012 sous la plume de Daniel Morvan https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/florence-ladmirault-et-amin-maalouf-academiciens-1008689

23-24/10/2023 : Salon du livre « Plumes d’Equinoxe » au Croisic

Rendez-vous traditionnel de septembre, la 27ème édition du salon du livre Plumes d’équinoxe s’est tenue par une météorologie clémente au Croisic les 23 et 24 septembre 2023. Une manifestation réussie à l’initiative de la mairie, représentée par Michèle Quellard, maire de la ville, et Jacques Bruneau, premier adjoint en charge de la Culture et des Animations. Sa programmation fut orchestrée par Jean-Yves Paumier, chancelier d’honneur de l’académie et directeur artistique du salon.

Vue générale du Salon du livre Plumes d’Equinoxe.

Sur le thème de l’aventure maritime …

Le thème de l’année, l’aventure maritime, permit d’exprimer, notamment dans les 2 tables rondes intitulées respectivement « L’aventure maritime dans l’histoire » samedi 23 septembre, et « L’aventure maritime romancée » dimanche 24 septembre, les différents registres de ces expériences du large. A ces rencontres participèrent nombre d’auteurs invités parmi lesquels Christophe Agnus, Laurent Decaux, Fabrice Humbert, François Guichard, Dominique Lebrun, Monique Vérité, Antoine Quinquis et Fabien Vinçon.

Loïck Peyron, pendant la conférence inaugurale à l’Océarium du Croisic.

Didier Decoin, président d’honneur …

Didier Decoin, président d’honneur du salon, participa aux différentes rencontres et fut le thème central de la Grande rencontre, organisée à son endroit le dimanche matin à 11h00, salle Jeanne d’Arc. Elle permit d’évoquer en premier lieu son dernier ouvrage Le nageur de Bizerte, ouvrage évoquant la rencontre improbable d’une jeune docker du port de Bizerte, épris de natation, et d’une jeune ukrainienne, Yelena, fille d’un riche baron ayant fui l’avancée des Bolcheviks à bord du cuirassé Georges le Victorieux. L’intrigue romanesque se fonde sur l’histoire véridique de cette escadre de 45 navires et de 5000 réfugiés partis de Crimée et parvenus à Bizerte avec l’accord du gouvernement français en 1921.

Didier Decoin pendant son intervention.

L’échange se prolongea par l’évocation du parcours du romancier célèbre, auteur de près de 40 ouvrages, aujourd’hui président de l’Académie Goncourt, après en avoir été le secrétaire général de 1995 à 2020. A cette occasion fut rappelé que l’un de ses premiers livres, John l’Enfer, lauréat du prix Goncourt en 1977, figure au nombre restreint de la réédition des 40 ouvrages les plus remarquables distingués par ce prix, au même titre que Les Racines du ciel de Romain Gary ou La condition humaine d’André Malraux 

En conclusion, associée à la manifestation croisicaise, l’Académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire le fut dans différents registres par :

  • La participation de Noëlle Ménard, chancelier d’honneur, à l’organisation de la dictée qui le samedi fit salle pleine dans l’espace associatif Olympe de Gouges avec une épreuve sur le thème de la mer conçue par Julien Soulié, membre du projet Voltaire, ancien professeur de lettres classiques et lauréat des Timbrés de l’orthographe ;
Pendant la dictée.
  • La contribution de Jean-Yves Paumier et Michel Germain à l’animation des tables rondes, de la rencontre avec Didier Decoin et de la conférence préliminaire du vendredi 22 septembre à l’Océarium du Croisic avec Loïc Peyron, naviagateur et auteur du Dictionnaire amoureux de la voile ;
  • La présence sur le stand tenu par l’académie de Ghislaine Lejard, de Jean-Louis Liters et de Vincent Rousseau ;
  • La participation de quatre membres de l’académie au jury du prix Plume d’Equinoxe qui distingua Fabien Vinçon, journaliste et producteur à Arte, pour son dernier livre intitulé Staline a bu la mer, fable écologique évoquant l’épisode méconnu de l’assèchement de la mer d’Aral par Staline.
Remise du prix Plumes d’Equinoxe à Fabien Vinçon.

13/06/2023 : Séance solennelle au Château des Ducs de Bretagne

Lors de sa traditionnelle séance de printemps, dans la salle du premier étage du bâtiment dit du Harnachement, au château des Ducs de Bretagne, à Nantes, l’académie littéraire de Bretagne et des pays de la Loire a procédé à la remise des distinctions concernant le Grand Prix Jules Verne et le Prix de l’académie.

De gauche à droite : Michel Cocotier, Dominique Pierrelée et Patrick Barbier.
Au micro Noëlle Ménard et Philippe Josserand (Photo Xavier Ménard)

La séance fut ouverte à 18h00 par Dominique Pierrelée, chancelier de l’Académie, et par Michel Cocotier, conseiller municipal de Nantes, en charge du développement des pratiques artistiques en milieu scolaire et universitaire, de la lecture publique ainsi que du spectacle vivant et des arts de la rue. Patrick Barbier, vice-chancelier de l’académie, assurait l’animation de la séance et le passage de relais entre les différents intervenants.

Dominique Pierrelée mit l’accent dans son propos préliminaire sur l’importance de ce rendez-vous qui met l’accent, avant la période estivale, sur les travaux menés par l’académie dans son action de promotion de la littérature et des livres. Dans le prolongement de son propos, Michel Cocotier s’est félicité du partenariat établi de longue date entre l’Académie et la ville de Nantes, se félicitant de la concordance de vue dans la nécessité d’œuvrer de façon conjointe pour défendre les initiatives en faveur de la lecture.

Les lauréats : Antoine Laurain (à gauche) – Pierre Adrain (A droite) (Photo Xavier Ménard)

Grand prix Jules Verne

Récompensant depuis 1981 un ouvrage de caractère vernien, le jury qui attribue ce prix est présidé par Christian Robin, vice-chancelier de l’académie. Il a été attribué à Antoine Laurain, pour son livre intitulé Les caprices d’un astre, publié par Flammarion.

Lors de sa présentation de l’ouvrage, Christian Robin mit en avant la construction littéraire voire cinématographique de ce dernier, alternant l’évocation d’une intrigue contemporaine et celle, plus historique car plusieurs siècles plus tôt, de l’étonnante malchance de l’astronome Guillaume Joseph Hyacinthe Jean-Baptiste Le Gentil de la Galaisière dans sa vaine tentative d’observation à Pondichéry du phénomène astronomique rare constitué par le transit de Vénus en 1761. Cette observation aurait dû permettre de déterminer avec précision la distance séparant la terre du soleil.

Christian Robin et Antoine Laurain (Photo Xavier Ménard)

L’ouvrage relate son inconfortable voyage d’une durée de plus de 15 mois, contrecarré par le conflit entre la France et le Royaume-Uni. Les mouvements du bateau ne lui ayant pas permis à la date convenue d’opérer la mesure espérée, Le Gentil de la Galaisière prolongera de 8 ans son séjour afin de bénéficier d’un nouveau cycle pour son observation. Cette seconde tentative sera cette fois contrecarrée par la nébulosité. Cette étonnante malchance poursuivra le scientifique dans sa vie professionnelle et personnelle, raison de l’attachement vouée par l’auteur au personnage.

Dans un propos teinté d’humour, Antoine Laurain répondit à Christian Robin, qu’il remercia pour sa lecture attentive ainsi que pour ses remarques érudites sur les correspondances entre son personnage et les évocations des récits de Jules Verne.

Dominique Pierrelée procéda ensuite à la remise de son prix au Lauréat, tandis que Christian Robin lui remettrait en complément une invitation pour deux nuitées à l’hôtel Jules Verne de Biarritz, offert par la Société des hôtels littéraires, fondée par Jacques Letertre. Conçus par des amoureux des livres et de la littérature, ces hôtels ont vocation à recréer l’univers d’écrivains célèbres. L’ensemble de la décoration est pensé comme un hommage à l’auteur et à son œuvre. Un parcours d’exposition emmène les hôtes de passage sur les traces de l’écrivain, à travers des bibliothèques, des œuvres d’art et des citations, comme une invitation au voyage.

En savoir plus …

Auteur de plusieurs romans, Antoine LAURAIN a publié aux Éditions Flammarion :

  • Le Chapeau de Mitterrand
    Prix Landerneau et prix Relay des voyageurs 2012
  • La Femme au carnet rouge (2014)
  • Rhapsodie française (2016)
  • Millésime 54 (2018)
  • Le Service des manuscrits (2020),
  • Et mon cœur se serra (2021)
  • Les caprices d’un astre (2022)
  • Dangereusement douce (2023)

Ses livres sont traduits en plus de vingt langues et font l’objet d’adaptations pour le cinéma ou la télévision.

Prix de l’Académie

Attribué depuis 1951, le prix de l’Académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire distingue un roman ou un essai. Son jury est présidé par Ghislaine Lejard. Il distingue en 2023, Que reviennent ceux qui sont loin, de Pierre Adrian, publié chez Gallimard.

Lors de la présentation de l’auteur et de son livre, Michel Germain  rappela que ce livre grave et léger évoque avec sensibilité l’état particulier, marqué d’impressions diffuses, de couleurs et de parfums oubliés, qui s’empare de ceux qui, sur le tard, reviennent en un lieu connu du temps de l’insouciance, quand le ciel était d’un azur perpétuel et le soleil permanent. Alors s’empare de vous le sentiment fragile de l’impermanence, de l’obsolescence de toute chose. Pierre Adrian a notamment su restituer la tonalité nostalgique de l’adolescence disparue. Son livre a obtenu le Prix Jean-René Huguenin en mémoire de l’auteur de La Côte sauvage, encensé par la critique, décédé prématurément en septembre 1962. L’ultime phrase du journal interrompu de ce dernier, le 20 septembre 1962, mentionnait : « Ne plus hésiter, ne plus reculer devant rien. Aller jusqu’au bout de toute chose, quelle qu’elle soit, de toutes mes forces. N’écouter que son impérialisme. »

Michel Germain et Pierre Adrian (Photo Xavier Ménard)

Auteur talentueux, Pierre Adrian a déjà publié six ouvrages, dont deux avec son ami Philibert Humm. Il a notamment obtenu le prix des Deux Magots et le prix François Mauriac de l’Académie française pour La piste Pasolini, paru en 2015, le prix Roger Nimier pour Des âmes simples, paru en 2017. Il a également procédé à la réédition de L’inconnu me dévore, l’admirable œuvre posthume de Xavier Grall.

Dans sa réponse, Pierre Adrian évoqua le caractère autobiographique de son livre, avec l’évocation de la maison familiale du Finistère où se retrouvait chaque été un rassemblement composite de parents et de proches. Le retour plus tard du narrateur, héros du livre, en ce lieu, permet à ce dernier de comprendre avec acuité que ce qui semblait figé dans une sorte d’ennui d’apparent est devenu inexorablement le reflet d’un temps disparu, teinté de nostalgie. Ce roman universel évoque en fait la fragilité de la vie. Pour conclure, Pierre Adrian souligna l’attachement à la Bretagne que lui confère ses racines, avant que Dominique Pierrelée procède à la remise de son prix.

Les lauréats et le public (Photo Xavier Ménard)

En savoir plus ….

Né le 29 juin 1991, Pierre Adrian vit aujourd’hui à Rome après une enfance en région parisienne avec ses cinq frères et sœurs. Chroniqueur au magazine L’Equipe. Lauréat en 2016 du prix des Deux Magots et du prix François-Mauriac de l’Académie française, pour La piste Pasolini, du prix Roger-Nimier en 2017 pour Des âmes simples et du Prix Jean-René Huguenin en 2022 pour Que reviennent ceux qui sont loin.

  • La Piste Pasolini, éditions des Équateurs, 2015
  • Des âmes simples, éditions des Équateurs, 2017
  • Les Bons Garçons, éditions des Equateurs, 2020
  • Que reviennent ceux qui sont loin, Gallimard, 2022

En collaboration avec Philibert HUMM :

  • Le tour du monde par deux enfants d’aujourd’hui, 2018
  • La micheline, tournée des bars de France, 2021

Prix du livre scientifique

À l’invitation de Dominique Pierrelée, Xavier Noël, trésorier de l’Académie, fut invité à présenter le nouveau prix littéraire qu’accordera l’académie littéraire de Bretagne et des pays de la Loire, à son initiative, en lien avec Nantes-Métropole. Nommé Prix Science et Société, il serait décerné en décembre pour la première fois.

Présentation du livre 1962, une Académie littéraire en bord de Loire

Noëlle Ménard, chancelier d’honneur, et Philippe Josserand présentèrent à deux voix l’ouvrage sur l’académie conjointement réalisé dans le but de présenter la trajectoire originale de cette institution fondée à Nantes le 7 décembre 1962.

Noëlle Ménard (Premier plan) et Philippe Josserand au micro (Photo Xavier Ménard)

Philippe Josserand rappela le caractère spécifique de cette série d’opuscules publiés par les éditions Midi-Pyrénéennes dont 47 titres sont parus depuis octobre 2018. La collection a pour principe de revisiter l’histoire d’une ville à partir d’une année marquante de la vie de la cité. Historiens confirmés, les auteurs effectuent une synthèse rigoureuse du sujet traité. Philippe Josserand est le directeur de la collection pour ce qui concerne Nantes, au même titre que d’autres historiens pour les villes de Bordeaux, Toulouse, Strasbourg ou Clermont Ferrand.

Pour Nantes, cet ouvrage est le sixième paru sur la ville après :

  • 1460, Une université pour le duché de Bretagne
  • 1598, Nantes et son édit
  • 1716, Pauline, une esclave au couvent
  • 1919, Jacques Vaché, l’exquis cadavre qu’on s’arrache (rédigé par Jean-Louis Liters, membre de notre académie)
  • 1987, Dubigeon, La fin de la navale.

Noëlle Ménard évoqua pour sa part les circonstances peu connues du grand public de la création de l’académie au sortir de la seconde guerre mondiale, marquée par les personnalités respectives de ses chanceliers et la durée de leurs mandats respectifs. L’une des difficultés de la rédaction de l’ouvrage résulta notamment des impératifs de concision fixés à ce dernier.

Avant de clore la séance, Michel Cocotier procéda à la remise de la médaille de la ville de Nantes à chacun des lauréats, avant qu’Eric Chartier, membre de l’académie, n’évoque avec lyrisme et son talent confirmé d’acteur, un extrait de Le rouge et le noir, de Stendhal, publié en 1830. Il fit de nombreuses fois revivre ce texte, seul en scène, à l’instar de son autre spectacle Marcel Proust : À l’ombre de Combray. Pour lui « Le dire est une célébration de l’écriture, la page est partition. Sur l’établi du métier je la pétris éparse« .

En conclusion de la séances, les académiciens et le public présent furent invités à se retrouver avec les lauréats lors d’un sympathique cocktail offert par la municipalité, occasion de poursuivre les échanges et les dédicaces des ouvrages primés.

REMISE DES PRIX LITTERAIRES AU CHATEAU DES DUCS

Le 13 juin 2023 à 18H

La prochaine séance de l’Académie aura lieu le mardi 13 juin à 18H au château des ducs à Nantes (salle du Harnachement). Y seront décernés le Grand Prix Jules Verne 2023 (à Antoine LAURAIN pour : Les Caprices d’un astre, Flammarion) et le Prix du roman de l’Académie 2023 (à Pierre ADRIAN pour : Que reviennent ceux qui sont loin, Gallimard). Une présentation de l’ouvrage 1962, une académie en bord de Loire, sera proposée à cette occasion par Noëlle Ménard et Philippe Josserand. Pour terminer cette séance Eric Chartier nous dira quelques pages de l’œuvre de Stendhal: Le Rouge et le Noir.

Venez nombreux !

23/05/2023 : Séance solennelle de l’Académie

Lors de sa séance solennelle qui s’est tenue le mardi 23 mai au Conseil départemental de Loire-Atlantique, l’académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire a procédé à la remise de deux des distinctions qu’elle accorde, le Prix de Loire Atlantique et le Prix Yves Cosson de Poésie.

La séance fut ouverte par Dominique Poirout, Vice-présidente culture et patrimoine, représentant Monsieur Michel Ménard, Président du Conseil départemental de Loire-Atlantique. Elle souligna notamment dans son propos l’importance que revêt le livre en particulier et la littérature en général dans l’environnement de chacun, ainsi que l’intérêt porté par le département aux actions menées par l’Académie. Dans sa réponse, le chancelier Dominique Pierrelée tint à la remercier d’un partenariat qui ne se dément pas dan s la durée comme de l’accueil de l’institution pour la remise de ses deux prix.

J.-F. Caraës, A. Poulard, M. Jussiaume, D. Poirout, D. Kay, D. Pierrelée, H. Copin (Photo Xavier Ménard)

Prix de Loire-Atlantique 2023

Jean-François Caraës, président du jury du prix de Loire Atlantique, prit ensuite la parole pour présenter le titre retenu Berligou : Le vins des ducs de Bretagne, publié par Le Temps Editeur, et les lauréats. Dans un propos enthousiaste et plein d’humour, il souligna que le jury fut sensible au sujet traité, la résurgence d’un vin et d’un cépage oublié, le Berligou, comme à l’aspect approfondi du traitement du sujet. Le texte est en effet assorti de nombreuses notes et précisions documentaires. Les deux auteurs de l’ouvrage primé sont Alain Poulard et Marcel Jussiaume.

Les Lauréats

Alain Poulard

Œnologue à l’Université de Bordeaux, Alain Poulard est docteur en biologie de l’Université de Nantes. Ancien responsable de l’Unité de Nantes de l’Institut Français de la vigne et du vin (IFV), il exerça la fonction d’expert à l’Organisation Internationale de la Vigne et du vin (OIV). Co-fondateur de l’Association Le Berligou, il est l’un des membres du groupe des 12.

Jean-François Caraës (à gauche) et Alain Poulard (à droite) (Photo Xavier Ménard)

Marcel Jussiaume

Viticulteur et fondateur du Domaine de Guérande au Loroux-Bottereau, Marcel Jussiaume a depuis cédé son domaine à son fils Pierrick. Il est le co-fondateur du Grand Prix Clémence Lefeuvre (nom de la restauratrice qui créa le beurre blanc en 1930), concours de Muscadet au jury exclusivement féminin. Il fut membre du Conseil Interprofessionnel des Vins de Nantes et Président du Syndicat des Appellations Muscadet. Il est également l’un des membres du groupe des 12.

Marcel Jussiaume (Photo Xavier Ménard)

L’ouvrage

Le livre évoque de manière documentée et précise la démarche exemplaire menée par le groupe des 12 pour retrouver la trace et restaurer la production du Berligou, vin populaire planté par les ducs de Bretagne vers 1390 au château de Beaulieu à Couëron, l’une de leurs résidences secondaires. Des textes anciens attestent que la duchesse Anne de Bretagne l’aurait apprécié, de même qu’Henri IV lorsqu’il vint signer l’Édit de Nantes en 1598.

La quasi-disparition de ce cépage serait due aux maladies cryptogamiques de la fin du XIXe siècle : l’oïdium en 1840, le mildiou et le phylloxéra en 1880. En 1930, le berligou de Joseph Bernier, planté dans le sud de Saint-Herblain, fut encore primé au concours départemental, ce qui atteste de rares survivances. En 1993, Joseph Bosseau en rechercha quelques plants pour les rangs conservatoires du musée du vignoble. Il en obtint en 2007 plusieurs pieds que lui céda Joseph Picot, propriétaire d’une parcelle de 180 pieds à Saint-Fiacre.

Dans sa réponse aux propos de Jean-François Caraës, Alain Poulard rappela la démarche persévérante effectuée par les différents partenaires du groupe des 12 depuis le début du projet. Marcel Jussiaume souligna pour sa part l’importance et le rôle à part que revêt dans l’histoire de l’humanité. Elle se révèle à ce titre être un élément de civilisation.

Prix Yves Cosson de Poésie

Henri Copin, président du jury de ce prix de poésie, prit ensuite la parole afin de présenter le poète Daniel Kay, distingué en 2023 pour l’ensemble de son œuvre. Dans son propos, il évoqua le parcours singulier de ce dernier et sa démarche qui, outre la poésie, embrasse également la peinture et une réflexion sur l’art. Dans sa réponse, Daniel Kay fit part au public d’une série d’annotations et de réflexion sur la poésie qu’il rédigea à la volée lors de son voyage pour se rendre à Nantes.

L’auteur

Né en 1959 à Morlaix, Daniel Kay effectua ses études supérieures à Brest et Rennes. Agrégé de lettres modernes, ses poèmes furent publiés notamment dans les revues NRF, Théodore Balmoral (Revue semestrielle de littérature contemporaine, créée à Orléans en 1985), Hopala ! (Revue littéraire et artistique bretonne créée en 1999 par Jean-Yves Le Disez) et Traces. Depuis 2003, il a contribué à plusieurs livres d’artistes comme à des éditions bibliophiliques. Peintre lui-même, il écrit également sur la peinture. Il enseigna la poésie moderne, la littérature comparée et l’histoire de la critique à l’Université de Bretagne-Sud.

Daniel Kay (à droite) et Henri Copin (Photo Xavier Ménard)

Ouvrages publiés :

  • L’histoire des arts, Le Faouët, Éditions du Scorff, 2000
  • Magnificat (ill. Thierry Le Saëc), Languidic, Éditions de la Canopée, 2003
  • Le bleu du ciel (ill. Thierry Le Saëc), L’Attentive, 2006.
  • Tombeau de Georges Perros suivi de Armand Robin à Plouguernével, La Part commune, Rennes, 2007
  • À quoi rêvent les statues ?, La Part commune, Rennes, 2010
  • L’Approche de Delft : de la peinture hollandaise & de Marcel Proust, Paris, Éditions Isolato, 2011
  • Fragments des deux baies (ill. Gilles Plazy), Trégunc, la Sirène étoilée, 2013
  • Vies silencieuses, Gallimard, mai 2019
  • Tombeau de Jorge Luis Borges, Gallimard, juin 2021
  • Un peigne pour Rembrandt et autres fables pour l’œil, Gallimard, mai 2022
  • Baugin, le dessert de gaufrettes, éditions Invenit, coll. Ekphrasis, Lille, 2022
  • Petits pans de Proust, d’après un détail de Vermeer, éditions des Instants, Paris, 2022

Expositions

  • Les Monts d’Arrée – Rodolphe Le Corre, Daniel Kay, Alain Le Beuze, Galerie Les Stèles, Morlaix, septembre 2007
  • Les Monts d’Arrée – Regard croisés, Espace culturel Lucien-Prigent, Landivisiau, 2009
  • Multiples, Salon de la petite édition d’artiste, Morlaix, 2009
  • Daniel Kay, un poète et des peintres, Médiathèque Les Ailes du temps, Morlaix, octobre 2010
  • Fragments d’un lieu – Peintures et livres d’artistes de Daniel Kay, Pôle culturel du Roudour, Saint-Martin-des-Champs, mars 2015
  • La baie des plumes – Salon de la poésie et des livres, L’Ivraie, Douarnenez, août 2017
  • Thierry le Saëc : la poétique du trait – Autour du livre d’artiste « Imago Ignota« , Galerie du Bourdaric, Vallon-Pont-d’Arc, mars-mai 2018

Livres d’artistes & Editions bibliophiliques

Avec André Jolivet

  • L’île Tristan, 4 exemplaires
  • Île Callot, 4 exemplaires
  • Ouessant, 4 exemplaires
  • Ouessant, phare du Stiff, 4 exemplaires
  • Le Grand Bé, 4 exemplaires

Avec Rodolphe Lecorre

  • Monts d’Arrée 02, 11 exemplaires numérotés

Avec Thierry Le Saëc

  • L’attribution des chefs-d’œuvre
  • Finis Terrae, Brest-Lisboa
  • Imago Ignota

Avec Maya Mémin

  • Tombeau de J.L.B, 20 exemplaires
  • Fragments d’Icarie, 50 exemplaires

Avec Bernard Menguy

  • Trente exemplaires

Avec Yves Picquet

  • Orphée palimpseste, 12 exemplaires

Avec Michel Remaud

  • Du rouge, 16 exemplaires

Avec Véronique Sézap

  • Menhirs, 5 œuvres originales

Quelques extraits

Après l’intervention de Daniel Kay, Henri Copin donna lecture de plusieurs extraits de l’oeuvre du poète primé.

« Les Grecs ne possédaient pas de mots pour le bleu. Homère lui-même devait recourir à de subtiles périphrases pour évoquer cette couleur. Pendant des siècles en Occident les hommes n’ont pas nommé le bleu. C’était au temps où la mer et le ciel rinçaient  leurs teintures  dans la gorge de  curieuses divinités. On ignorait que les oiseaux qui picoraient dans le bleu suspendraient  des grappes de fruits  rouges sur le rebord de grandes assiettes en faïence. »

Daniel Kay, Vies silencieuses

« Présences léguées bien plus loin
que nos bras ne peuvent atteindre,
mots d’aucun langage,
phrases interminables sans verbe ni sujet
chuchotées sur la toile blanche
que prépare dans l’atelier
celui qui délie peu à peu
la conscience ligneuse des forêts

Daniel KAY, Vies silencieuses

Avant de clore la séance, le chancelier Dominique Pierrelée rappela que l’Académie remettra le 13 juin prochain, au Château des Ducs de Bretagne, le Grand prix Jules Verne et le Prix de l’Académie. La séance de l’académie s’acheva sur un cocktail lors duquel chacun put déguster le fameux Berligou.

CE QUE M‘A DIT MALIKA  

La couleur du silence

Il existe soixante mots pour dire l’amour chez les Arabes, sonder son mystère, l’apprivoiser et c’est au sein d’Al Andalus qu’il a trouvé un terrain particulièrement propice à cet effet, au sein d’une société raffinée, célébrant la femme et exprimant également par la musique et la poésie sa joie de vivre et d’aimer. 

Combien est beau ce jardin où les fleurs de la terre rivalisent d’éclat avec les astres des cieux. Que peut-on comparer à cette vaque d’albâtre pleine d’une eau cristalline ? Seule la lune dans toute sa splendeur brillante au milieu de l’éther sans nuage. 

C’est au cœur du silence que la parole poétique se délivre au mieux, et nous révèle. Se nourrir de poésie a toujours été de ce fait essentiel à mes yeux. Mais les mots qui éclairent le chemin peuvent parfois et malgré eux, faillir. Elevez-vous au-dessus des mots jusqu’à un somment où tombe la poussière des étoiles, nous dit Khalil Gibran. La peinture une fois installée, est à son aise elle aussi, pour dire avec force le bruissement de la vie, la respiration du silence, et tout autant la fragilité de l’instant chargé d’émotion. La couleur du silence. 

(Texte dit par le chancelier lors de la cérémonie d’adieu en l’hommage à Malika Pondevie, le16 mai 2023, Les sables d’Olonne).