17/05/2022 : Séance solennelle de l’académie au Conseil départemental de Loire-Atlantique

Dans l’amphithéâtre du Conseil départemental de Loire-Atlantique,
Quai Ceineray à Nantes, s’est tenue

le mardi 17 mai 2022 à 18h00
la traditionnelle séance de printemps
de l’académie littéraire de Bretagne et des pays de la Loire.

En ouverture de la séance, Dominique Poirout, vice-présidente culture et patrimoine du conseil départemental de Loire-Atlantique, représentant Michel Ménard président de cette assemblée, a pris la parole. Dans une intervention juste et sensible, elle a évoqué l’espace essentiel de liberté que constitue dans le monde où nous vivons la littérature en général et les livres en particulier, soulignant leur apport décisif à l’ouverture des esprits comme à l’émancipation intellectuelle de chaque être humain. Pour cette raison, elle a accepté avec plaisir de s’exprimer sur le sujet, en lien avec ses propres convictions personnelles.

D. Pierrelée et D. Poirout (au second rang)
J.-F. Caraës, H. Copin et M. Valmer (au premier plan)

A sa suite, Dominique Pierrelée, chancelier de l’Académie littéraire de Bretagne et des pays de la Loire, a souligné l’importance que revêt l’intérêt porté par le département de Loire-Atlantique à l’action poursuivie par l’académie qu’il préside. Cette reconnaissance confirme pour lui, si besoin était, l’intérêt partagé pour ce même objet. Elle constitue également un encouragement pour l’académie à poursuivre ses actions en faveur des livres.

Il revint ensuite à Henri Copin d’évoquer les objectifs principaux de la soirée marquée par la remise du prix de Loire-Atlantique d’une part et du prix Yves Cosson de poésie de l’autre.

De gauche à droite : N. Ménard (chancelier d’honneur), D. Pierrelée (chancelier), L. Moal (lauréate du prix de Loire-Atlantique, J.-F. Caraës, J.-Y. Paumier (chancelier d’honneur)

Prix de Loire-Atlantique 2022

Jean François Caraës, président du jury de ce prix, fut invité à présenter Laurence Moal qui s’est vu attribuer le Prix de Loire Atlantique 2022 pour son ouvrage intitulé Duchesses : Histoire d’un pouvoir au féminin en Bretagne, publié par les Presses Universitaires de Rennes (P.U.R). Comme il le rappelle, le jury a apprécié l’ouvrage non seulement pour l’originalité et le traitement du sujet évoqué, mais aussi pour son aspect pédagogique, notamment par certains parti-pris comme l’adjonction d’un « petit précis illustré » et d’annexes qui permettent à tout public d’y avoir accès.

L’illustration abondante et particulièrement bien choisie forme à elle seule un troisième niveau de lecture. Duchesses est en conclusion un livre destiné à tous publics, qui démythifie le Moyen-âge breton par le prisme des femmes qui y ont tenu le premier rôle.

Étudiante à l’université de Brest, Laurence Moal a réalisé sa maîtrise sous la direction de Jean Kerhervé : Bertrand d’Argentré : Patriote ou historien ?. Sous la direction du même professeur, elle soutint en 2007 sa thèse sur L’étranger en Bretagne aux XIVe et XVe siècles, publiée en 2008. Entre 2007 et 2011, elle fut chargée de cours à l’Université de Bretagne occidentale (site de Quimper) où elle assura des cours de paléographie, puis à l’Université de Rennes 2 où elle donne des cours d’histoire médiévale.

Chercheur associé au Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC, université de Bretagne occidentale), Laurence Moal est Professeur agrégé d’histoire et géographie au lycée Amiral Ronac’h de Brest, Docteur en histoire médiévale. Outre de nombreux articles publiés dans des revues nationales et régionales, Laurence Moal est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’histoire de Bretagne 

Laurence Moal lors de sa réponse à Jean-François Caraës
  • Auray 1364, un combat pour la Bretagne (2012)
  • Du Guesclin, images et histoire (2015)
  • Le Grand routier de Pierre Garcie dit Ferrande (2019)

Après avoir exprimé ses remerciements pour le prix qui lui a été attribué, Laurence Moal a expliqué le cheminement qui l’a conduit à adopter dans Duchesses la démarche méthodologique qui fut la sienne dans son précédent livre consacré à du Guesclin. Elle s’est prise au jeu consistant à mettre en lumière les particularités de ces femmes aux destins d’exception dont certaines ont certes pris la lumière davantage que d’autres, mais dont les trajectoires respectives méritaient d’être rappelées.

En savoir plus sur Laurence Moal

Université de Brest

Ouest-France

Prix Yves Cosson de poésie 2022

Le prix Yves Cosson de poésie fut attribué à James Sacré pour l’ensemble de son œuvre. Henri Copin effectua la présentation du lauréat en présence (à distance par visioconférence), de ce dernier.  Né en Vendée en 1939, ce poète vécut son enfance dans la ferme familiale. D’abord instituteur, il quitta la France pour mener une carrière universitaire aux Etats-Unis, au Smith College (Massachusetts), et une vie de voyages et de découvertes, dont celle de la poésie américaine.

Habitant Montpellier depuis une vingtaine d’années, son œuvre poétique est riche de près de 60 publications parues depuis les années 70. Elle est marquée par un double ancrage : dans le terroir et la langue de l’enfance d’une part, dans l’ailleurs et l’autre connus au long des voyages, en Europe, aux Etats-Unis, en Italie, au Maroc, d’autre part …

La langue poétique de l’auteur combine l’oralité et l’écrit, la prose et la musicalité. De nombreuses distinctions, études et colloques reconnaissent en lui l’un des premiers poètes de son temps, édité (entre autres) chez Tarabuste, Obsidiane, André Dimanche, Al Manar, et Gallimard collection Poésie.

Parmi ses publications les plus récentes figurent :

  • America solitudes, André Dimanche, 2011
  • Le paysage est sans légende, Al Manar
    Dessins de Guy Calamusa, 2012, prix Max Jacob
  • Parler avec le poème, La Baconnière, 2013
  • Ne sont-elles qu’images muettes et regards qu’on ne comprend pas ?
    Lavis de Colette Deblé, Æncrages & Co, 2014
  • Un désir d’arbres dans les mots
    en collaboration avec Alexandre Hollan illustrateur, 2015
  • Figures de silences, Tarabuste, 2018
    • Prix Théophile-Gautier de l’Académie française
    • Prix Roger-Kowalski ou grand prix de poésie de la ville de Lyon, 2019
  • Sans place et Je s’en va, avec Antoine Emaz, Montpellier, Éditions Méridianes, 2019
  • Quel tissu se déchire, Tarabuste, 2020
  • Broussaille de bleus, avec des dessins de Jacquie Barral, Le Réalgar, L’Orpiment, 2021
  • Figures de solitudes, Tarabuste, 2021
  • Brouettes, dessins d’Yvon Vey, Obsidiane, 2022

Comme s’en explique de façon expressive James Sacré, j’ai pratiqué :

« la boulange de mon langage en mêlant, sans même trop y penser, et surtout sans souci de hiérarchie, le familier et le précieux, le parler réinventé en écrit et le patois avec ses tournures et souvent des mots qui n’ont pas vraiment d’équivalent en français ».

James sacre

Par écran interposé, James Sacré prit en retour la parole, remerciant l’académie pour la distinction reçue. Dans un propos emprunt de simplicité et de sensibilité, il évoqua le permanent mystère que constitue l’acte de poésie en lui-même dans sa recherche permanente de justesse du choix des mots afin d’exprimer la plus forte intensité émotionnelle.

J. Sacré (écran à gauche) participant à distance à la séance.

La séance s’est poursuivie par la lecture par Michel Valmer de plusieurs textes du poète exprimant la richesse de sa palette littéraire, avant la clôture de la séance par un cocktail.

 » On sait qu’on va continuer d’écrire et des éléments pour un prochain livre sont déjà là, disponibles, pour donner forme à ce désir d’écrire. Plutôt matière que forme. Il y a cette guenille de mots, bouchonnée salie de mensonges et d’effarante maladresse, des cahiers et carnets qui ne savaient ou n’osaient pas dire, des essais de poèmes partagés sans vergogne avec des camarades, parfois un professeur, cahiers et carnets qui disent pourtant, qui surtout disent l’indigence et la misère d’un rapport au monde, aux autres, à soi-même

James sacre

En savoir plus sur James Sacré

Wikipedia : Notice sur James Sacré

Cairn Info

Télérama

Printemps des poètes

You Tube

You Tube 2

Café littéraire du 2 juin 2022

Les livres de l’été
Animé par Jean Amyot d’Inville
Muséum d’histoire naturelle de 14h15 à 16H. Entrée gratuite

Programme

14h15 – 15H40          Les livres de l’Ouest

Actualité des livres en région, préparée par Noëlle Ménard et Jean-Yves Paumier

Noëlle Ménard.   Philippe Le Guillou. Le testament breton. Gallimard

Jean-Yves Paumier. Jacques Gonzales. Décrire la terre, Écrire le monde. Société de géographie

14h15 – 15h15           Les livres de l’été

Michel Valmer Pierre Assouline. Le Paquebot . Gallimard 

Catherine Telle. Dominique de Saint-Pern. Edmonde, l’envolée. Stock

Henri Copin Akira Mizubayashi  Reine de cœur. Gallimard

Ghislaine Lejard Thierry Froger. Et pourtant, ils existent .Actes Sud 

Jean-François Caraës. Orhan Pamuk.  Les nuits de la peste.  Gallimard  

14h45 – 16h               Les Coups de cœur

Le Café littéraire a été imaginé par Catherine Decours, Jean Amyot d’Inville et Jean-Yves Paumier.Avec le concours des Livres de l’Ouest, des Bibliothèques pour tous, de l’Académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire, de la librairie Coiffard et du Muséum de Nantes

Prix Yves Cosson de Poésie 2022

Le Prix Yves Cosson de Poésie 2022 de
l’Académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire
est décerné à
James SACRÉ

Né en Vendée en 1939, James Sacré vécut enfant et adolescent dans la ferme familiale. D’abord instituteur, il a ensuite quitté la France pour une carrière universitaire aux Etats-Unis, au Smith College (Massachusets), et une vie de voyages et de découvertes, dont celle de la poésie américaine. De retour en France il y a près de 20 ans, il vit à Montpellier.

James Sacré, Photo. M. Durigaux

Son œuvre poétique, près de 60 publications depuis les années 70, est profondément marquée par une double postulation : celle du terroir et de la langue de l’enfance, celle de l’ailleurs et de l’autre perçus au long des voyages. La langue prend ainsi en compte l’oralité et l’écrit, la prose et la forme poétique. De nombreuses distinctions, études et colloques  reconnaissent en lui l’un des premiers poètes de son temps.

Il est édité (entre autres) chez Tarabuste, Obsidiane, André Dimanche, Al Manar, et Gallimard collection Poésie.

J’ai pratiqué, déclare-t-il, « la boulange de mon langage en mêlant, sans même trop y penser, et surtout sans souci de hiérarchie, le familier et le précieux, le parler réinventé en écrit et le patois avec ses tournures et souvent des mots qui n’ont pas vraiment d’équivalent en français »

Quelques titres, parmi tant :

  • Quel tissu se déchire ?, éd. Tarabuste, coll. Reprises, 240 p.
  • Les arbres sont aussi du silence,  encres de Chine de Raphaël Segura, éd. Voix d’encre, 84 p.
  • Figures qui bougent un peu et autres poèmes, préface d’Antoine Emaz, éd. Gallimard, coll. Poésie/Gallimard, 280 p.

Le prix Yves Cosson sera remis à James Sacré
mardi 17 mai 2022
au Conseil Départemental de Loire-Atlantique.

Prix de Loire-Atlantique 2022

Le prix de Loire-Atlantique 2022 a été attribué à Laurence Moal pour son ouvrage Duchesses, histoire d’un pouvoir au féminin en Bretagne édité aux Presses universitaires de Rennes.

L’ouvrage :

Depuis plusieurs années maintenant, les femmes font l’objet de travaux historiques, et les études, expositions, colloques, journées d’études et parution de publications ont ponctué les agendas des chercheurs, des amateurs et aussi du grand public. Dans l’histoire médiévale de Bretagne, les duchesses présentaient un sujet de choix qu’il appartenait à une femme de traiter : Laurence Moal s’y est attelée et a pu produire le volume conséquent de 326 pages largement illustré primé par l’Académie. Son sous-titre – « histoire d’un pouvoir au féminin en Bretagne » – est en soi un programme et l’annonce du contenu d’un ouvrage particulièrement bien préfacé par Jean Kerhervé, professeur émérite d’histoire médiévale.

Le propos est déroulé en trois parties : d’abord la place des duchesses dans la sphère publique et leur place dans l’action politique, ensuite leur vie dans l’espace privé jamais complètement privé, enfin la perception que l’on en a eu après elles, entre imaginaire et folklore. C’est ainsi le parcours de 28 femmes qui forme la matière vivante de cette histoire singulière : duchesses, épouses, mères, travail que Jean Kerhervé salue comme « richement documenté, neuf, original ».

A la lecture des 190 pages premières pages, l’histoire des duchesses elles-mêmes, on constate que les clichés ont la vie dure et que les images des princesses ont été souvent revisitées, magnifiées ou dénigrées ; mais ces femmes ont aussi été fréquemment l’objet de discours et d’objets représentés. L’excellente démonstration de Laurence Moal permet de les remettre à leur juste place dans l’histoire de Bretagne et au sein de la société médiévale, et de mieux comprendre toute la place qu’elles doivent y occuper. A elles seules, elles gardent toujours une place de choix dans l’imaginaire breton.

L’ouvrage est complété par un important corpus de notices très illustrées – près de 70 pages – intitulé « petit précis illustré du temps des duchesses ». C’est là un outil pédagogique particulièrement précieux et indispensable pour le lecteur qui ne maîtrise pas toutes les subtilités du langage et des concepts médiévaux, et qui rend la publication de Laurence Moal accessible à tous. Il est accompagné – et c’est naturel – d’annexes qui comprennent la liste exhaustive des duchesses avec une brève notice récapitulative pour chacune d’elles, les indispensables tableaux généalogiques, des repères chronologiques qui permettent de s’y retrouver dans l’histoire de l’Europe médiévale, les sources (imprimées ; les nombreuses références d’archives figurent dans les notes reportées en fin de parties) et une bibliographie sélective, enfin, les index des noms de lieux et de personnes.

Duchesses n’est pas un livre de circonstance sur le sujet des femmes, c’est le livre sur les princesses qui ont tenu un rôle de premier plan dans l’histoire de la Bretagne au Moyen-Age, qui montre comment et pourquoi le pouvoir a toujours été partagé, non seulement sur le plan des institutions, mais aussi par la place qu’ont pu et voulu tenir les « femmes de pouvoir ».

L’appréciation du jury :

Le jury du prix de Loire-Atlantique a apprécié cet ouvrage non seulement pour l’originalité et le traitement très sérieux du sujet, mais aussi par son aspect pédagogique, avec le « petit précis illustré » et les annexes qui permettent à tout public d’y avoir accès. L’illustration abondante et particulièrement bien choisie constitue à elle seule un troisième niveau de lecture, Duchesses est un livre destiné à tous publics, qui démythifie le Moyen-âge breton par le prisme des femmes qui y ont tenu le premier rôle.

L’auteur :

Laurence Moal, est chercheur associé au Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC, université de Bretagne occidentale), professeur agrégé d’histoire et géographie au lycée Amiral Ronac’h de Brest, docteur en histoire médiévale, auteur d’une thèse sur L’étranger en Bretagne au Moyen-âge, publiée en 2008. Outre de nombreux articles publiés dans des revues nationales et régionales, elle est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’histoire de Bretagne : Auray 1364, un combat pour la Bretagne (2012), Du Guesclin, images et histoire (2015), Le Grand routier de Pierre Garcie dit Ferrande (2019).

Les autres titres en compétition :

Jacques Dabreteau, Stéphane Haugommard, La basilique Saint-Donatien, Coiffard

Coll., Jean Bouchaud, regards sur le monde, catalogue d’exposition, Gent, Snoek

Pascaline Vallée, L’usine LU : des Lefèvre-Utile au Lieu unique, éd. 303

Alejandro Gómez Vivez, Florian Riffet, Le village vertical, La Maison radieuse de Le Corbusier à Rezé, éditions Bow-Window

26/04/2022 : Jean-François Caraës. Université permanente

Amphi Kerneis à 14H30
 » Le Quai de la Fosse à Nantes » Geste

Le quai de la Fosse a longtemps tenu une place particulière dans l’histoire de la ville. D’abord lieu d’expansion de la ville médiévale, cette étroite bande de terre coincée entre le coteau et le fleuve est devenu rapidement le poumon économique de Nantes, voie sans issue sauf le large océanique puis important axe de circulation. Avec son alignement de façades du XVIIIe siècle largement meurtri par les urbanistes et les bombardements, il a trouvé un visage modernisé au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, tout en conservant la mauvaise réputation acquise pendant l’entre-deux-guerres, due à la présente d’une douzaine de maisons closes qui s’y trouvaient. Depuis plusieurs décennies, le quai est appelé à un nouvel avenir, encore incertain…

03/05/2022 : Noëlle Ménard. Université permanente

Amphi Kerneis à 14H30
La poésie mystique espagnole : Ibn Arabi, Thérèse d’Avila, Jean de la Croix

L‘Espagne  a la particularité d’avoir donné naissance  à trois grands mystiques qui sont aussi des poètes de premier plan :Ibn Arabi, Thérèse d’Avila et Jean de la Croix Or, il apparaît que ces chantres de l’Amour absolu ont des liens et des parentés secrètes malgré les différences d’époque et de religion.

05/05/2022 : Martin Ajdari. Université permanente

Amphi Kerneis à 14h30
L’Opéra de Paris : histoire et actualités par son directeur général adjoint

Martin Ajdari est le directeur-général adjoint de l’Opéra de Paris. En accord avec le directeur artistique, il veille aux destinées administratives et financières de cette très ancienne institution. Il est membre de l’Académie.

05/04/2022 : Prix de l’Académie attribué à Thierry Froger

Réuni le mardi 5 avril le jury du Prix de l’Académie
a décerné cette distinction
à Thierry Froger pour Et pourtant ils existent
publié par Actes Sud.

Ecrivain, poète et plasticien, le lauréat, né le 2 juillet 1973 à Angers, vit actuellement et travaille près de Clisson. Son enfance fut influencée par la lumière des paysages ligériens, entre La Pommeraye et Chalonnes.

Agrégé d’arts plastiques, professeur d’enseignement artistique à l’Ecole supérieure des Beaux-Arts de Nantes Saint-Nazaire depuis 2020, il a auparavant enseigné pendant vingt ans en lycée.

Son œuvre littéraire s’inscrit dans la perspective de son projet artistique. Ses récits associent plusieurs fils narratifs entrelacés.

Les raisons du jury

 Le jury a apprécié cette intrigue peu conventionnelle et la construction «  savante » qui mêle plusieurs narrations et plusieurs époques.

De Paris à Madrid en passant par Ibiza et Albi, de l’assassinat de Jaurès à nos jours en passant par la guerre d’Espagne, Thierry Froger nous conte l’étrange destin de Raoul Villain, l’assassin de Jaurès…

Un roman choral où des vies minuscules rencontrent la grande Histoire.

Une fresque où la légende et l’imaginaire côtoient des faits réels. Entre fiction et réalité, entre imagination et mensonge Thierry Froger sait réinventer avec humour l’Histoire et dresser des portraits de personnages  fictifs et  attachants qui interrogent notre rapport au réel et à la vérité.

La sélection finale avait retenu, avant le vote final, les trois livres suivants :

Tanguy Viel, La fille qu’on appelle, Editions de Minuit
Marie Vingtras, Blizzard, Editions de l’Olivier
Thierry Froger, Et pourtant ils existent, Actes Sud

La sélection initiale comprenait huit livres :

La définition du bonheur
Catherine Cusset (Gallimard)
Et pourtant ils existent,
Thierry Froger (Actes Sud)
Le festin des hyènes
Fabienne Juhel (Rouergue)
Un libraire
Mérédith Le Dez (Philippe Rey)
Le Consul breton, les neuf vies de l’aventurier Yves Le Roux (1887-1971),
Olivier le Dour (Les portes du large)
Revenir fils
Christophe Perruchas (Rouergue)
La fille qu’on appelle
Tanguy Viel (Minuit)  
Blizzard
Marie Vingtras (Éditions de l’Olivier)

24/02/2022 : Café littéraire

Muséum d’histoire naturelle
14h15-16H
LES LIVRES D’AILLEURS
Animé par Ghislaine Lejard

Programme

14h15 – 15h15        Les livres d’ailleurs

Henri Copin. Mario Vargas Llosa. Temps sauvages. Gallimard  
Claire Giraud-Labalte Ahmet Altan. Madame Hayat. Actes Sud
Joël Cornet John Boyne. Il n’est pire aveugle. JC Lattès    
Catherine Telle. Paolo Cognetti. La félicité du loup. Stock  
Ghislaine Lejard . Masha Meyran. Une soupe à la Grenade. Picquier 

15h15 – 15H40           Les livres de l’Ouest

Actualité des livres en région, préparée par Noëlle Ménard et Jean-Yves Paumier

Noëlle Ménard.  Patrick Barbier. Marie-Antoinette et la musique. Grasset
Jean-Yves Paumier Olivier Le Dour. Le Consul breton. Les neuf vies de l’aventurier Yves Le Roux. Les Portes du large

14h45 – 16h           Les Coups de cœur

Le Café littéraire a été imaginé par Catherine Decours, Jean Amyot d’Inville et Jean-Yves Paumier.

Avec le concours des Livres de l’Ouest, des Bibliothèques pour tous,
de l’Académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire,
de la librairie Coiffard et du CCO de 1998 à 2010.