PRIX DE LOIRE-ATLANTIQUE 2023

Le jury du prix de Loire-Atlantique 2023 décerné par l’Académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire s’est réuni le 18 avril pour examiner les cinq titres finalistes.

Son choix s’est arrêté sur l’ouvrage d’Alain Poulard et Marcel Jussiaume,

Berligou, le vin des ducs de Bretagne, édité chez Le Temps.

Dans le volume de 128 pages largement illustré et référencé, le lecteur découvre l’histoire d’un cépage méconnu de pinot noir originaire de Bourgogne et acclimaté à la fin du XVe siècle dans la basse vallée de la Loire, sous l’impulsion du duc François II. C’est aussi une fresque qui décrit l’intérêt pour la culture de la vigne manifesté par les souverains bretons notamment depuis Jean V. C’est enfin l’épopée d’un groupe de douze passionnés qui ont permis de faire renaître le Berligou, un élément du patrimoine nantais, ligérien et breton.

Le jury a apprécié l’originalité du sujet, la qualité de réalisation de l’ouvrage, son sérieux tout en le rendant accessible à tout public.

Prix de l’Académie

Les membres du jury ont sélectionné les 3 finalistes:

Les innocents Guven Mahir Grasset

Que reviennent ceux qui sont loin Adrian Pierre Gallimard

Par-delà l’attente Minkowski Julia JC Lattès

Le vote pour l’attribution du prix de l’Académie 2023 aura lieu lors de la séance du 18 avril.

Dévoilement des 3 plaques le samedi 25 mars 2023

Michel Chaillou ( 1930-2013), Yves Cosson ( 1919-2012)Hélène Cadou ( 1922- 2014)

Bassem Asseh, premier adjoint, représentant Johanna Rolland, maire de Nantes

Jean-Marc Ayrault, ancien Premier ministre, ancien maire de Nantes

Allée Michel Chaillou

Place Hélène Cadou

Allée Yves Cosson

Presse-Océan 02 04 2023

Café littéraire. Jeudi 6 avril 2023 (reporté au 4 mai)

Muséum d’histoire naturelle

14h15-16H.

ENTRÉE GRATUITE

LES LIVRES D’HISTOIRE ET LES BIOGRAPHIES

Animé par   Noëlle Ménard

14h15 – 15H40 Les livres de l’Ouest

Actualité des livres en région, préparée par Noëlle Ménard et Jean-Yves Paumier

Jean-Yves Paumier . Judith Housez. Chateaubriand à Saint-Tropez. Ed. des Équateurs

Noëlle Ménard.  Paul Cheney. Cul-de-sac. Fayard

15h40 – 15h45  Les livres d’histoire et les biographies

Henri Copin. Dany Laferrière. Petit traité du racisme en Amérique. Grasset

Michel Valmer. Emmanuelle Lambert . Sidonie Gabrielle Colette. Gallimard

Catherine Telle. Michelle Perrot /Eduardo Castillo.  Le temps des féminismes. Grasset

Jean-Luc Jaunet     Marcel Quillevéré. Cuba. Une histoire de l’île par sa musique et sa littérature. Albin Michel /France Musique

Jean-François Caraës   Romain Gubert. La Décoration. Grasset

 14h45 – 16h                Coups de cœur

Le Café littéraire a été imaginé par Catherine Decours, Jean Amyot d’Inville et Jean-Yves Paumier, de l’Académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire.

Avec le concours des Livres de l’Ouest, de la librairie Coiffard et du Muséum de Nantes

LE PRIX YVES COSSON DE POÉSIE 2023 EST DÉCERNÉ À DANIEL KAY

Le Prix Yves Cosson de poésie 2023 est décerné  à  Daniel Kay pour l’ensemble de son œuvre.Daniel Kay né à Morlaix en 1959, est agrégé  de lettres modernes et  a enseigné la  poésie moderne et contemporaine à l’Université de Bretagne-Sud. Peintre lui-même, il a publié  de nombreux  poèmes en lien  avec  la peinture dont le dernier Un peigne pour Rembrandt et autres fables pour l’oeil. Poèmes en prose (Gallimard)

Le jury  a  souhaité mettre en valeur un poète dont le travail  sur le regard, la peinture   et la musique est  très original.

 « Ce que la forme demande aux couleurs, le temps ne saurait l’ignorer, ces couleurs qui durent sans verbe ni sujet et qu’on dirait simplement déposées entre le ciel, l’herbe et le sang. Alors patiemment rangés avant l’inventaire, le rouge, le vert et le bleu s’inventent des langues insensées, de ces mots lents criblés de terre, de minutes et de feuilles ».

Le prix lui sera remis le 23 mai 2023 au Conseil départemental  de Loire-Atlantique, lors de la séance solennelle de l’Académie.

Composition du jury :  Henri Copin Président ,  membres : Ghislaine Lejard, Anne Prouteau, Jacques Boislève, Malika Pondevie, Michel Valmer, Éric Chartier,  Noëlle Ménard

En hommage à Paul Guimard

Déjeuner littéraire consacré à Paul Guimard

L’Académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire organise

le Jeudi 16 mars 2023 à 12H15

un déjeuner littéraire* en hommage à  Paul Guimard (1921-2004) au Restaurant Flam’s, 14 bis rue de Talensac à Nantes (bus, tram, parking proches)

Né à Saint-Mars la Jaille en 1921, homme de lettres, journaliste, marin, conseiller culturel de François Mitterand,  Paul Guimard a passé son enfance et son adolescence à Nantes où il a débuté sa vie professionnelle. Très attaché à notre région, il fut membre actif puis membre d’honneur de l’ Académie . » 

 Blandine et Lison de Caunes (filles de Benoîte Groult) seront présentes pour évoquer la vie de leur beau-père. Trois membres de l’Académie ( Annie Ollivier,Jean-Yves Paumier et Vincent Rousseau) évoqueront la vie et l’œuvre de l’homme de lettres. 

L’homme, par Blandine et Lison de Caunes
Le nantais, par Vincent Rousseau
L’Académicien (1965-2004) et le marin,  par Jean-Yves Paumier
Du septième ciel aux Premiers venus : l’écrivain, par Annie Ollivier
Ces interventions d’une dizaine de minutes chacune, illustrées, ponctueront le déjeuner.

*MENU  (28 euros)
Entrée : Terrine, Tatin de tomates, salade Plats : Assortiment de Flammekueches salées
Dessert : Coupe automnale avec sa glace vanille (pomme cuite au sucre et à la cannelle) Vin : Edelzwicker, Pinot Noir   Eau, Café

Pour s’inscrire demander le bulletin d’inscription en envoyant un courriel à academie.bretagnepaysdelaloire@gmail.com ou en contactant le 06.31.59.96.89

Prix de l’Académie 2023

Le jury est appelé à choisir l’ouvrage qui sera primé en 2023 parmi la sélection ci-dessous. Le prix sera remis au cours de la séance solennelle qui aura lieu au Château des ducs le 13 juin 2023.

  • Adrian Pierre Que reviennent ceux qui sont loin Gallimard
  • Darsan Lou Les heures abolies La Contre Allée
  • Guillois Josselin Le coeur d’un père Seuil
  • Guven Mahir Les innocents Grasset
  • Justin Victor L’homme qui danse Flammarion
  • Mas Victoria Un miracle Albin Michel
  • Minkowski Julia Par-delà l’attente JC Lattès
  • Pean Gregor La seconde vie de Eva Braun Robert Laffont
  • Rinkel Blandine Vers la violence Fayard
  • Robert Gwenaële Sous les feux d’artifice Les Passe-Murailles

Prix de Loire-Atlantique documentaire 2023

Le jury est appelé à choisir l’ouvrage qui sera primé en 2023 parmi la sélection ci-dessous. Le prix sera remis au cours de la séance solennelle qui aura lieu à l’Hôtel du Département le 23 mai 2023.

  • Agathe Aoustin, Stéphane Naulet, Villas de la côte de Jade, La Geste
  • Francine Picault, Serge Raphalen, Le SNO, des régates et des hommes, Coiffard éditions
  • Andréa Le Masne, Pen-Bron, Œuvres de Pen-Bron
  • Michel Nassiet, Anne de Bretagne, correspondance et itinéraire, PUR

Alain Poulard, Marcel Jussiaume, Berligou, le vin des ducs de Bretagne, Le temps

15/12/2022 : Séance solennelle de l’Académie

L’académie littéraire de Bretagne tiendra à 18h00 sa séance solennelle de fin d’année au Muséum d’Histoire Naturelle, présidée par Dominique PIERRELEE, son chancelier, et en présence de Michel COCOTIER, représentant Johanna ROLLAND, Maire de Nantes.
Le chancelier évoquera la disparition cette année de deux de ses membres : Yves-Henri NOUAILHAT et Gaston BOUATCHIDZE.

Présentation du Cahier 2023

Jean-François CARAES, qui en a assuré la préparation et a orchestré les contributions des différents académiciens, présentera le Cahier 2023 intitulé D’île en îles, évocation de la diversité de la réalité insulaire comme de son imaginaire. Après la presqu’île guérandaise l’an passé et dans la volonté d’exprimer la réalité régionale,  la seconde partie de la publication est consacrée à des Regard sur le pays d’Ancenis.

« Les îles ont constamment inspiré auteurs et poètes. Déjà, en 1974, l’Académie de Bretagne avait consacré un Cahier à ce thème récurrent dans la littérature. Cette année, la nouvelle livraison propose de revenir à ces terres particulières, entre le ciel et l’eau, au fil d’articles historiques et littéraires : ce sont d’abord les îles maritimes, proches de nos côtes ou plus lointaines, qui sont évoquées : celles de nos côtes atlantiques plus ou moins proches, mais aussi plus lointaines, à l’autre bout du monde ; puis les îles de Loire qui sont familières, livrées aux caprices des hommes et de la nature, du confluent de la Maine à l’estuaire ; enfin les îles imaginaires, nées de la vision d’auteurs ou d’artistes, propres à nous laisser vagabonder au gré du courant.

Ce vaste panorama ilien est complété par deux cahiers au thème spécifique, l’un consacré au pays d’Ancenis, terre de littérature et d’histoire, et l’autre à la francophonie à laquelle l’Académie voue une attention particulière.

Ce nouveau Cahier de l’Académie nous permet de quitter un temps les rives de notre quotidien et de nous embarquer vers des ailleurs oniriques… »

Sommaire :

Avant-propos (Dominique Pierrelée)
D’île en îles
Îles océanes

  • L’archipel de la baie de Bretagne (Dominique Pierrelée)
  • Noirmoutier, vimer au poing (Henri Copin)
  • Marc-Adolphe Guégan, l’aède de l’île Yeu, tendre rocher (Jean-Louis Liters)
  • L’Archipel des Glénan, essai de géographie littéraire (Annie Ollivier)
  • Enez Aodum, l’île Dumet à travers les âges (Michel Germain)
  • L’archipel des imaginaires : Belle-Ile-en-mer, Marie-Galante, Cythère et les autres (Noëlle Ménard)

Îles douces

  • Îles de Loire, si semblables, si différentes (Jacques Boislève)
  • Sur l’île d’Indret, le dernier château de la Loire (Jean-François Caraës)
  • La mythique île Mabon (Jean-Yves Paumier)
  • Quand les artistes abordent les îles de Loire (Claire Giraud-Labalte)
  • Coup de cœur pour les îles de Loire :
  • A l’île de Béhuard, un maire droit dans ses bottes (Jean Amyot d’Inville)
  • Et pour le reste, on imagine…
  • L’île Ferré de nos vingt ans (Thierry Froger)

Îles d’ailleurs

  • L’impossibilité d’une île (Philippe Josserand)
  • Les îles extraordinaires de Jules Verne (Christian Robin)
  • Des îles et des plumes
  • (Michel Valmer, Éric Fonteneau)
  • « Amporelles et Tabernaudes » (Xavier Noël)

Regards sur le pays d’Ancenis

  • Promenade littéraire au pays d’Ancenis (Jacques Boislève)
  • Un Bayreuth littéraire à Ancenis, le rêve de Léon Séché (Jean-Yves Paumier)
  • Du château d’Ancenis à la région d’Ancenis ou comment l’ARRA est devenue un acteur de la vie locale (Claire Voisin-Thiberge)
  • Au fil des mots : l’oreille du cœur (Gaston Bouatchidzé)

Francophonie

  • L’Asiate, et le Mal jaune (Henri Copin)
  • Une francophonie singulière venue des caraïbes : Daniel Maximin (Malika Pondevie)
  • La francophonie ce thème si cher à mon cœur, Mona Gamal El Dine (Ghislaine Lejard)
  • Les Trobades Albert Camus ou la francophonie en partage (Anne Prouteau)
  • Camus en Khmer… (Henri Copin)

Ils nous ont quittés

  • Gaston Bouatchidzé
  • Yves-Henri Nouailhat

Réceptions de nouveaux membres

  • Pilar Martinez Vasseur (Noëlle Ménard)
  • Denis Moreau (Philippe Josserand)

Quand on parle de l’Académie

  • Les hôtels littéraires (Christian Robin)
  • Prix Plumes d’Équinoxe Océarium 2022
  • Prix de Loire-Atlantique 2022

Remises des prix de l’Académie

  • Prix de l’Académie 2022
  • Prix Jules Verne 2022
  • Prix Yves Cosson de poésie 2022

Publications des académiciens

Distinctions et activités des académiciens
Remerciements et liste des membres
Accueil de nouveaux membres

Intronisation de trois nouveaux membres

La cérémonie sera également marquée par l’intronisation de trois nouveaux membres : deux membres actifs et un membre d’honneur.

Colette LE LAY, présentée par Annie OLLIVIER et Jean-Louis LITERS

Née le 26 mars 1954 à Concarneau, dans la ville close, attachée à ses racines, Colette LE LAY assiste avec bonheur au renouveau de la culture bretonne. Elle enseigne en 1976 comme professeur de mathématiques dans le secondaire, activité qu’elle exerce avec passion. Elle participe notamment à l’application des innovations pédagogiques de l’Institut de Recherche pour l’Enseignement des Mathématiques (IREM).

  • 1994 : Agrégation de mathématiques
  • 2002 : Thèse en histoire des sciences et des techniques de l’université de Nantes sur Les livres de vulgarisation de l’astronomie (1686-1880)
  • 2002 : chercheure en histoire des sciences au Centre François Viète, Université de Nantes
  • 2015 : membre de l’ENCCRE (Edition Numérique Collaborative Critique de l’Encyclopédie).
  • 2016 : membre de l’ANR « Le Bureau des longitudes (1795-1932), de la Révolution française à la Troisième République.

Elle est notamment l’auteure ou la co-auteure de :

  • History of Astronomy in Portugal, 2017
  • L’envers du décor : science passion – science raison au 19e siècle, 2015
  • Jérôme Lalande (1732-1807). Une trajectoire scientifique
  • Pour une histoire du Bureau des longitudes (1795-1932), 2017
  • L’Astronomie dans l’Encyclopédie, 2017

Claire VOISIN-THIBERGE, présentée par Noëlle MENARD

Conservateur en chef honoraire des bibliothèques.
Officier des Palmes académiques
Après des études d’histoire, Claire-Voisin Thiberge, a intégré l’École Nationale des Chartes
Archiviste-paléographe elle a choisi la filière des bibliothèques d’état. Après une expérience à la Bibliothèque municipale classée de Toulouse, elle arrive à Nantes comme conservateur à la Bibliothèque Universitaire section santé, chargée entre autres de la préservation et mise en valeur du fonds ancien en particulier celui de Laënnec.
En 2000, elle devient responsable de la section Lettres, Sciences humaines et sociales de la BU. Elle est également l’auteur de nombreuses publications historiques et scientifiques.
Passionnée par le patrimoine , elle a été présidente de l’association Patrimoine d’hier pour demain (Varades) et de l’ARRA ( Association de recherches sur la région d’Ancenis).

Alfred GAMBOU, nouveau membre d’honneur, présenté par Henri COPIN

Maître de conférences, enseignant-chercheur à l’Université catholique de l’Ouest de Nantes et à l’école normale supérieure de Brazzaville, les recherches d’Alfred GAMBOU portent sur l’éthique et la formation enseignante, l’histoire de l’éducation et des idées éducatives.
Co-auteur avec Charles Bowao de L’émancipation de soi par le savoir, publié par L’Harmattan, réflexion sur la capacité de l’école à constituer ce lieu d’affranchissement.
Président de la Maison de l’Afrique, à Nantes, espace de promotion des initiatives liées à l’Afrique. Elle suscite des rencontres, réflexions, débats et prospectives sur l’Afrique. Son dernier colloque, le 8 Novembre 2022, a porté sur la thématique : « Nouveau regard sur l’Histoire : comment faire humanité ensemble ? »
Dans la revue Phronesis, il a publié cette année l’article intitulé « L’idée d’éducation et de formation de l’adulte chez Platon : ses présupposés, ses obstacles et ses finalités. »

Évocation de Christian BOBIN

La séance s’achèvera par une évocation de Christian Bobin, disparu le 24 novembre 2022, par Ghislaine LEJARD, Malika PONDEVIE et Michel VALMER. Cet écrivain et poète, auteur prolifique, a publié une soixantaine d’ouvrages. Il s’était fait connaître dès 1992 par la publication de Le Très-Bas, ouvrage consacré à Saint François d’Assise. Il fut notamment bibliothécaire à Autun, guide à l’écomusée du Creusot, rédacteur à la revue Milieux, élève infirmier en psychiatrie et professeur de philosophie. Il s’était installé en 2005 dans une maison isolée à la lisière d’un bois à Saint-Firmin (Saône-et-Loire), à une dizaine de kilomètres du Creusot natal, avec son épouse, Lydie Dattas, fille du compositeur et organiste de Notre-Dame-de-Paris.

Aimer quelqu’un c’est le lire. C’est savoir lire toutes les phrases qui sont dans le cœur de l’autre, et en lisant le délivrer. C’est déplier son cœur comme un parchemin et le lire à haute voix, comme si chacun était à lui-même un livre écrit dans une langue étrangère.

Christian BOBIN – La lumière du monde

A la fin de séance, la médaille de la ville de Nantes sera remise aux trois nouveaux membres par Michel COCOTIER.

07/11/2022 : L’académie au Palais Garnier

A l’invitation de Martin Adjari, membre d’honneur de l’Académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire, Noëlle Ménard organisait le 17 novembre 2022 une journée exceptionnelle au Palais Garnier, à Paris. Les membres de l’académie présents, auxquels s’étaient joints Marie-Laure Prévost (Conservateur général honoraire de la BnF) et son époux, furent accueillis par Albane de Chatellus, responsable des Relations extérieures et du protocole.

Le matin, la visite du Musée Bibliothèque fut commentée par Anne Renoult, conservateur. Cette dernière avait préparé à l’intention des visiteurs un certain nombre d’objets rares et émouvants de la Bibliothèque Musée qu’elle commenta de façon précise et détaillée. Elle leur permit de découvrir à travers ces exemples l’exceptionnelle richesse documentaire de cette institution.

L’après-midi, le groupe fut convié à une autre visite des lieux, cette fois plus insolite. Accompagnés par Jean-Jacques Serres, guide passionnant et érudit, cette occasion privilégiée les conduisit à la découverte des coulisses du l’endroit comme des multiples métiers gravitant autour de la scène. Elle leur offrit de mieux comprendre l’envers du décor et sa complexité technique.

Le groupe des visiteurs

Rappel historique

Théâtre national, l’opéra Garnier rassemble en un même lieu prestigieux une académie de musique, de chorégraphie et de poésie lyrique. Il constitue par son esthétique monumentale un élément majeur du patrimoine de la capitale. Grand prix de Rome en 1948, Charles Garnier remporta le 30 mai 1861, à l’âge de 36 ans, le concours pour l’édification d’une « Académie impériale de musique et de danse » lancé six mois plus tôt. Ce projet concrétisait la décision de Napoléon III, à la suite de l’attentat manqué d’Orsini, rue Le Peletier (où se situait l’opéra éponyme) que soit édifiée une nouvelle salle en un lieu moins exposé. Le projet innovant et spectaculaire du jeune architecte, présenté au prince Alexandre Colonna Walewski, président du jury, remporta tous les suffrages, tant pour son esthétique monumentale que pour son aménagement intérieur et sa technicité. Garnier fut assisté dans la préparation de son esquisse par de nombreux amis et confrères de l’École des Beaux-Arts.

Le plafond du foyer

Les richesses artistiques du théâtre Garnier

Le département de la Musique du théâtre comprend un musée dédié au chant lyrique et à la danse. Il trouve son origine dans la collection initiale de « souvenirs pieux » légués par des chanteurs, danseurs, compositeurs, musiciens. On y trouve notamment une sélection effectuée parmi 2 500 maquettes de décors, 3 000 objets (dont 500 tableaux) et 3 000 bijoux de scène.

La recette du mardi 23 août 1735

Le musée de la Bibliothèque-musée de l’Opéra

Consécutif à l’exposition théâtrale de l’Exposition Universelle de 1878 conçue par le dramaturge et librettiste Charles Nuitter, elle permit à ce dernier d’augmenter le fonds iconographique de la bibliothèque. Avocat à la cour de Paris, passionné de théâtre, d’opéra et de danse, Nuitter devint le premier archiviste de l’Opéra de Paris. Le musée fut inauguré le 24 octobre 1881 à l’occasion d’une représentation d’Hamlet, l’opéra d’Ambroise Thomas.

Le musée occupa l’ancien fumoir des appartements initialement dévolus à l’empereur. Sa reconnaissance officielle fut confirmée par un arrêté du 10 décembre 1881 définissant le règlement de la bibliothèque et des archives de l’Opéra. Ce texte stipulait l’organisation des collections en trois sections : les archives (auxquelles fut rattaché le nouveau musée), la bibliothèque musicale et la bibliothèque dramatique.

La salle de consultation de la bibliothèque

Modeste à ses débuts, le musée prit de l’ampleur sous la direction de Charles Malherbe qui organisa notamment une exposition d’autographes musicaux à l’occasion de l’Exposition Universelle de 1900. Il dirigea les travaux d’embellissements afin d’autoriser l’accès du musée à un plus large public en 1903. Il s’attacha à mettre en valeur les objets présentés dans différentes vitrines : affiches de l’Opéra, costumes, décors, objets de curiosités tels que l’encrier de Spontini, l’archet de Paganini ou les bombes d’Orsini. Par la suite les collections s’enrichirent de différentes acquisitions ou de l’adjonction de fonds nouveaux tel celui des Archives Internationales de la Danse en 1952.

Les évolutions du musée

Le musée de l’Opéra (l’un des Musées de la Bibliothèque nationale depuis le rattachement de la Bibliothèque-musée de l’Opéra à cette institution en 1935) évolua peu. Sa configuration actuelle tient aux travaux de rénovation réalisés en 1992 grâce à la contribution financière du ministère de la Culture et d’un mécénat privé. L’espace muséal fut agrandi, gagnant notamment la rotonde basse, côté jardin, prévue par Charles Garnier pour l’accueil des voitures impériales. Les locaux de la bibliothèque furent isolés du reste des espaces pour préserver le calme attendu des lecteurs.

Les espaces de magasins situés dans la partie publique du théâtre et la « galerie des guignols », dessinés par Charles Garnier, furent maintenus dans leur état originel, en parallèle de la création d’une galerie d’exposition permanente aux cimaises de verre et d’acier dessinées par Richard Peduzzi, présentant une sélection d’œuvres iconographiques sur la danse, l’architecture du théâtre et le décor. Enfin, le dispositif fut complété par un espace d’expositions temporaires.