Prix Yves Cosson de Poésie 2022

Le Prix Yves Cosson de Poésie 2022 de
l’Académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire
est décerné à
James SACRÉ

Né en Vendée en 1939, James Sacré vécut enfant et adolescent dans la ferme familiale. D’abord instituteur, il a ensuite quitté la France pour une carrière universitaire aux Etats-Unis, au Smith College (Massachusets), et une vie de voyages et de découvertes, dont celle de la poésie américaine. De retour en France il y a près de 20 ans, il vit à Montpellier.

James Sacré, Photo. M. Durigaux

Son œuvre poétique, près de 60 publications depuis les années 70, est profondément marquée par une double postulation : celle du terroir et de la langue de l’enfance, celle de l’ailleurs et de l’autre perçus au long des voyages. La langue prend ainsi en compte l’oralité et l’écrit, la prose et la forme poétique. De nombreuses distinctions, études et colloques  reconnaissent en lui l’un des premiers poètes de son temps.

Il est édité (entre autres) chez Tarabuste, Obsidiane, André Dimanche, Al Manar, et Gallimard collection Poésie.

J’ai pratiqué, déclare-t-il, « la boulange de mon langage en mêlant, sans même trop y penser, et surtout sans souci de hiérarchie, le familier et le précieux, le parler réinventé en écrit et le patois avec ses tournures et souvent des mots qui n’ont pas vraiment d’équivalent en français »

Quelques titres, parmi tant :

  • Quel tissu se déchire ?, éd. Tarabuste, coll. Reprises, 240 p.
  • Les arbres sont aussi du silence,  encres de Chine de Raphaël Segura, éd. Voix d’encre, 84 p.
  • Figures qui bougent un peu et autres poèmes, préface d’Antoine Emaz, éd. Gallimard, coll. Poésie/Gallimard, 280 p.

Le prix Yves Cosson sera remis à James Sacré
mardi 17 mai 2022
au Conseil Départemental de Loire-Atlantique.

Prix de Loire-Atlantique 2022

Le prix de Loire-Atlantique 2022 a été attribué à Laurence Moal pour son ouvrage Duchesses, histoire d’un pouvoir au féminin en Bretagne édité aux Presses universitaires de Rennes.

L’ouvrage :

Depuis plusieurs années maintenant, les femmes font l’objet de travaux historiques, et les études, expositions, colloques, journées d’études et parution de publications ont ponctué les agendas des chercheurs, des amateurs et aussi du grand public. Dans l’histoire médiévale de Bretagne, les duchesses présentaient un sujet de choix qu’il appartenait à une femme de traiter : Laurence Moal s’y est attelée et a pu produire le volume conséquent de 326 pages largement illustré primé par l’Académie. Son sous-titre – « histoire d’un pouvoir au féminin en Bretagne » – est en soi un programme et l’annonce du contenu d’un ouvrage particulièrement bien préfacé par Jean Kerhervé, professeur émérite d’histoire médiévale.

Le propos est déroulé en trois parties : d’abord la place des duchesses dans la sphère publique et leur place dans l’action politique, ensuite leur vie dans l’espace privé jamais complètement privé, enfin la perception que l’on en a eu après elles, entre imaginaire et folklore. C’est ainsi le parcours de 28 femmes qui forme la matière vivante de cette histoire singulière : duchesses, épouses, mères, travail que Jean Kerhervé salue comme « richement documenté, neuf, original ».

A la lecture des 190 pages premières pages, l’histoire des duchesses elles-mêmes, on constate que les clichés ont la vie dure et que les images des princesses ont été souvent revisitées, magnifiées ou dénigrées ; mais ces femmes ont aussi été fréquemment l’objet de discours et d’objets représentés. L’excellente démonstration de Laurence Moal permet de les remettre à leur juste place dans l’histoire de Bretagne et au sein de la société médiévale, et de mieux comprendre toute la place qu’elles doivent y occuper. A elles seules, elles gardent toujours une place de choix dans l’imaginaire breton.

L’ouvrage est complété par un important corpus de notices très illustrées – près de 70 pages – intitulé « petit précis illustré du temps des duchesses ». C’est là un outil pédagogique particulièrement précieux et indispensable pour le lecteur qui ne maîtrise pas toutes les subtilités du langage et des concepts médiévaux, et qui rend la publication de Laurence Moal accessible à tous. Il est accompagné – et c’est naturel – d’annexes qui comprennent la liste exhaustive des duchesses avec une brève notice récapitulative pour chacune d’elles, les indispensables tableaux généalogiques, des repères chronologiques qui permettent de s’y retrouver dans l’histoire de l’Europe médiévale, les sources (imprimées ; les nombreuses références d’archives figurent dans les notes reportées en fin de parties) et une bibliographie sélective, enfin, les index des noms de lieux et de personnes.

Duchesses n’est pas un livre de circonstance sur le sujet des femmes, c’est le livre sur les princesses qui ont tenu un rôle de premier plan dans l’histoire de la Bretagne au Moyen-Age, qui montre comment et pourquoi le pouvoir a toujours été partagé, non seulement sur le plan des institutions, mais aussi par la place qu’ont pu et voulu tenir les « femmes de pouvoir ».

L’appréciation du jury :

Le jury du prix de Loire-Atlantique a apprécié cet ouvrage non seulement pour l’originalité et le traitement très sérieux du sujet, mais aussi par son aspect pédagogique, avec le « petit précis illustré » et les annexes qui permettent à tout public d’y avoir accès. L’illustration abondante et particulièrement bien choisie constitue à elle seule un troisième niveau de lecture, Duchesses est un livre destiné à tous publics, qui démythifie le Moyen-âge breton par le prisme des femmes qui y ont tenu le premier rôle.

L’auteur :

Laurence Moal, est chercheur associé au Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC, université de Bretagne occidentale), professeur agrégé d’histoire et géographie au lycée Amiral Ronac’h de Brest, docteur en histoire médiévale, auteur d’une thèse sur L’étranger en Bretagne au Moyen-âge, publiée en 2008. Outre de nombreux articles publiés dans des revues nationales et régionales, elle est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’histoire de Bretagne : Auray 1364, un combat pour la Bretagne (2012), Du Guesclin, images et histoire (2015), Le Grand routier de Pierre Garcie dit Ferrande (2019).

Les autres titres en compétition :

Jacques Dabreteau, Stéphane Haugommard, La basilique Saint-Donatien, Coiffard

Coll., Jean Bouchaud, regards sur le monde, catalogue d’exposition, Gent, Snoek

Pascaline Vallée, L’usine LU : des Lefèvre-Utile au Lieu unique, éd. 303

Alejandro Gómez Vivez, Florian Riffet, Le village vertical, La Maison radieuse de Le Corbusier à Rezé, éditions Bow-Window

26/04/2022 : Jean-François Caraës. Université permanente

Amphi Kerneis à 14H30
 » Le Quai de la Fosse à Nantes » Geste

Le quai de la Fosse a longtemps tenu une place particulière dans l’histoire de la ville. D’abord lieu d’expansion de la ville médiévale, cette étroite bande de terre coincée entre le coteau et le fleuve est devenu rapidement le poumon économique de Nantes, voie sans issue sauf le large océanique puis important axe de circulation. Avec son alignement de façades du XVIIIe siècle largement meurtri par les urbanistes et les bombardements, il a trouvé un visage modernisé au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, tout en conservant la mauvaise réputation acquise pendant l’entre-deux-guerres, due à la présente d’une douzaine de maisons closes qui s’y trouvaient. Depuis plusieurs décennies, le quai est appelé à un nouvel avenir, encore incertain…

03/05/2022 : Noëlle Ménard. Université permanente

Amphi Kerneis à 14H30
La poésie mystique espagnole : Ibn Arabi, Thérèse d’Avila, Jean de la Croix

L‘Espagne  a la particularité d’avoir donné naissance  à trois grands mystiques qui sont aussi des poètes de premier plan :Ibn Arabi, Thérèse d’Avila et Jean de la Croix Or, il apparaît que ces chantres de l’Amour absolu ont des liens et des parentés secrètes malgré les différences d’époque et de religion.

05/05/2022 : Martin Ajdari. Université permanente

Amphi Kerneis à 14h30
L’Opéra de Paris : histoire et actualités par son directeur général adjoint

Martin Ajdari est le directeur-général adjoint de l’Opéra de Paris. En accord avec le directeur artistique, il veille aux destinées administratives et financières de cette très ancienne institution. Il est membre de l’Académie.

05/04/2022 : Prix de l’Académie attribué à Thierry Froger

Réuni le mardi 5 avril le jury du Prix de l’Académie
a décerné cette distinction
à Thierry Froger pour Et pourtant ils existent
publié par Actes Sud.

Ecrivain, poète et plasticien, le lauréat, né le 2 juillet 1973 à Angers, vit actuellement et travaille près de Clisson. Son enfance fut influencée par la lumière des paysages ligériens, entre La Pommeraye et Chalonnes.

Agrégé d’arts plastiques, professeur d’enseignement artistique à l’Ecole supérieure des Beaux-Arts de Nantes Saint-Nazaire depuis 2020, il a auparavant enseigné pendant vingt ans en lycée.

Son œuvre littéraire s’inscrit dans la perspective de son projet artistique. Ses récits associent plusieurs fils narratifs entrelacés.

Les raisons du jury

 Le jury a apprécié cette intrigue peu conventionnelle et la construction «  savante » qui mêle plusieurs narrations et plusieurs époques.

De Paris à Madrid en passant par Ibiza et Albi, de l’assassinat de Jaurès à nos jours en passant par la guerre d’Espagne, Thierry Froger nous conte l’étrange destin de Raoul Villain, l’assassin de Jaurès…

Un roman choral où des vies minuscules rencontrent la grande Histoire.

Une fresque où la légende et l’imaginaire côtoient des faits réels. Entre fiction et réalité, entre imagination et mensonge Thierry Froger sait réinventer avec humour l’Histoire et dresser des portraits de personnages  fictifs et  attachants qui interrogent notre rapport au réel et à la vérité.

La sélection finale avait retenu, avant le vote final, les trois livres suivants :

Tanguy Viel, La fille qu’on appelle, Editions de Minuit
Marie Vingtras, Blizzard, Editions de l’Olivier
Thierry Froger, Et pourtant ils existent, Actes Sud

La sélection initiale comprenait huit livres :

La définition du bonheur
Catherine Cusset (Gallimard)
Et pourtant ils existent,
Thierry Froger (Actes Sud)
Le festin des hyènes
Fabienne Juhel (Rouergue)
Un libraire
Mérédith Le Dez (Philippe Rey)
Le Consul breton, les neuf vies de l’aventurier Yves Le Roux (1887-1971),
Olivier le Dour (Les portes du large)
Revenir fils
Christophe Perruchas (Rouergue)
La fille qu’on appelle
Tanguy Viel (Minuit)  
Blizzard
Marie Vingtras (Éditions de l’Olivier)

24/02/2022 : Café littéraire

Muséum d’histoire naturelle
14h15-16H
LES LIVRES D’AILLEURS
Animé par Ghislaine Lejard

Programme

14h15 – 15h15        Les livres d’ailleurs

Henri Copin. Mario Vargas Llosa. Temps sauvages. Gallimard  
Claire Giraud-Labalte Ahmet Altan. Madame Hayat. Actes Sud
Joël Cornet John Boyne. Il n’est pire aveugle. JC Lattès    
Catherine Telle. Paolo Cognetti. La félicité du loup. Stock  
Ghislaine Lejard . Masha Meyran. Une soupe à la Grenade. Picquier 

15h15 – 15H40           Les livres de l’Ouest

Actualité des livres en région, préparée par Noëlle Ménard et Jean-Yves Paumier

Noëlle Ménard.  Patrick Barbier. Marie-Antoinette et la musique. Grasset
Jean-Yves Paumier Olivier Le Dour. Le Consul breton. Les neuf vies de l’aventurier Yves Le Roux. Les Portes du large

14h45 – 16h           Les Coups de cœur

Le Café littéraire a été imaginé par Catherine Decours, Jean Amyot d’Inville et Jean-Yves Paumier.

Avec le concours des Livres de l’Ouest, des Bibliothèques pour tous,
de l’Académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire,
de la librairie Coiffard et du CCO de 1998 à 2010.

06/01/2022 : Barbâtre et son église

Jacques Santrot est venu présenter aux membres de l’Académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire l’ouvrage Barbâtre et son église dans l’histoire de Noirmoutier qu’il a consacré à cet édifice religieux..

Consacrée à Saint Nicolas, protecteur des marins en périls, l’église remonte au 10e siècle. Le porche latéral est l’ultime témoin de ces origines. L’église a connu des fortunes diverses à travers les temps marquées par sa destruction successivement par les Anglais pendant la guerre de Cent ans, par les Hollandais puis lors de la Révolution. Sa restauration interviendra au 19ème siècle, marquée par le rehaussement des murs et la réfection de la charpente comme de la toiture. Saint-Sébastien (guérisseur de la peste) y est vénéré  depuis l’épidémie qui affecta gravement la population en 1722.

 » Saint-Nicolas de Barbâtre ancre le bourg entre dunes et polders. Apparemment banale et sans ambition, l’église porte de douloureuses traces de l’histoire de Noirmoutier. Depuis deux siècles, elle accompagne la vie quotidienne de l’île, principalement rurale, plus modestement maritime. Ses cloches rythment encore les travaux et les jours, rassemblant les Barbâtrins autour d’un patrimoine solide et immatériel, d’une culture et d’une mémoire communes, inscrites dans la pierre. « 

 » Quitte à briser quelques rêves, cette première enquête sur le sud de l’île scrute les traditions orales pour rechercher de quelles vérités sont nées ces légendes que nous transmet la mémoire populaire. Elle révèle aussi bien des surprises. »

14/12/2021 : Séance solennelle de l’Académie au Château des Ducs de Bretagne (Nantes)

La séance fut ouverte à 18h00 par Dominique Pierrelée, chancelier de l’académie littéraire de Bretagne des pays de la Loire, et par Michel Cocotier, conseiller municipal, délégué à la lecture publique, représentant la ville de Nantes.

Dominique Pierrelée (à droite) et Denis Moreau (à gauche)

Outre les nombreux académiciens fut remarquée dans l’assemblée la présence de :

  • Didier Martin, préfet de la région des Pays de la Loire ;
  • Noëlle Ménard, chancelier d’honneur de l’Académie ;
  • Jean-Yves Paumier, chancelier d’honneur de l’Académie.
De gauche à droite : Jean-Yves Paumier, Didier Martin, Noëlle Ménard, Philippe Josserand.

I – Présentation du Cahier 2022 de l’Académie

Destins des femmes de l’Ouest
Escapade en presqu’île guérandaise

Dans un premier temps, Jean-François Caraës présenta avec humour l’édition 2022 du cahier de l’académie dont il a assuré la coordination, collectant les contributions des académiciens, supervisant la mise en page et l’édition.

Sommaire du Cahier 2022

Destin de femmes de l’Ouest : De Bretagne et de Loire.

  • Ermengarde de Bretagne (1067-1147) – Une vie intérieure (D. Pierrelée)
  • De Nantes à Saumur, le regard d’une Anglaise en 1785 (Cl. Giraud-Labalte)
  • Deux visages féminins, deux poètes celtes (Gh. Lejard)
  • Benoîte Groult : De Concarneau à Doëlan, la Bretagne au cœur (A. Ollivier)
  • Mona Ozouf, une Bretagne matricielle (O. Grenouilleau)

Destin de femmes de l’Ouest : Par la plume, la musique et le sport.

  • Marie Pape-Carpantier : l’école maternelle et les leçons de choses (X. Noël)
  • Mélanie Waldor (1796-1871) (Ch. Robin)
  • Madeleine Vivan ou dans la famille Dallet, je demande la fille (J.-L. Liters)
  • « Comme la plume au vent » Yvonne Meynier (N. Ménard)
  • Clémence Royer, La plus savante des savants (M. Pondevie)
  • Marguerite Le Meignen : 34 ans au service de la musique (P. Barbier)
  • Qui se souvient d’Alice Milliat ? (M. Valmer et Gh. Lejard )

Destin de femmes de l’Ouest : Autour de nous.

  • Bottin de coeur : Elles ont sauvé la tour ! (J. Amyot d’Inville)
  • Irma Kalt, princesse des lignes (Ph. Josserand)
  • Trois poètes pour « un temps de manque » : Cathie Barreau, Albane Gellé,
  • Luce Guilbaud (Fr. Nicol)
  • L’ouïe-lumière : Nathalie Fréour, pastels de la terre et du ciel (H. Copin)

Escapade en presqu’île guérandaise

  • L’Académie et la presqu’île guérandaise (J.-Y. Paumier)
  • Lettres de pays (D. Pierrelée)
  • Sandeau, Balzac et Flaubert dans la presqu’île ! (M. Germain)
  • Piriac et Mesquer en poésie (N. Ménard)
  • Avec Julien Gracq, le temps retrouvé de la presqu’île (J. Boislève)
  • Le Croisic, port d’Art et d’Histoire (J.-Y. Paumier)
  • L’improbable destin des cousines de la Presqu’île (A. George)
  • Le sel des langues (G. Bouatchidzé)
  • Dans les marais-salants de Pont d’Armes : La Légende des Immobiles (X. Noël)
  • Pêcheries écrites, pêcheries dessinées : du Roman de Thèbes aux dessins de Victor Hugo (M.-L. Prévost)

Dans le rétroviseur

  • L’Académie de Bretagne et des Pays de la Loire a 70 ans
  • Jean de Malestroit (1932-2021), chancelier d’honneur (1976-2000)
  • Marie-Laure Prévost, nouveau membre d’honneur de l’Académie
  • Dominique Pierrelée, Chancelier de l’Académie
  • Nantes en francophonie : Le Fagot de ma mémoire et La Belle d’Occident (H. Copin)
  • Prix littéraires
  • Publications des Académiciens
  • Distinctions des Académiciens
  • Remerciements
  • Liste des membres

II – Réception de Denis Moreau

La séance s’est poursuivie ensuite par la présentation de Denis Moreau, nouveau membre de l’Académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire, par Philippe Josserand.

Denis Moreau (premier plan), Philippe Josserand (second plan)

Né à Bordeaux en 1967, cet ancien élève de l’ENS-Ulm et membre « junior » de l’Institut universitaire de France, est agrégé et docteur en philosophie. Professeur d’histoire de la philosophie moderne et de philosophie de la religion à l’université de Nantes. Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages.

Bibliographie : ouvrages publiés par Denis Moreau

I- Editions et traductions, souvent à partir du latin : Somme contre les Gentils de Thomas d’Aquin, Paris, Garnier-Flammarion, 1999 ;  Discours de la méthode de Descartes, Paris, Le Livre de Poche, 2000 ; Textes philosophiques d’Antoine Arnauld, Paris, PUF, 2001 ; Principes de la philosophie de Descartes, Paris, Vrin, 2009.

II- Etudes sur Descartes et le cartésianismeDeux cartésiens. La polémique entre Antoine Arnauld et Nicolas Malebranche, Paris, Vrin, 1999 ; Malebranche, Paris, Vrin, 2004 ; Dans le milieu d’une forêt. Essai sur Descartes et le sens de la vie, Paris, Bayard, 2012 ; La Philosophie de Descartes, Paris, Vrin, 2016.

III – Ouvrages destinés au grand public dans lesquels il réfléchit notamment, et en philosophe, sur le christianisme : Les Voies du salut. Un essai philosophique, Paris, Bayard, 2010 ; Pour la vie ? Court traité du mariage et des séparations, Paris, Seuil, 2014 ; Mort, où est ta victoire ? Paris, Bayard, 2017; Comment peut-on être catholique ? , Paris, Seuil, 2018 ; Y a-t-il une philosophie chrétienne ? Trois essais, Paris, Seuil, 2019 ; Nul n’est prophète en son pays. Ces paroles d’Évangiles aux origines de nos formules familières, Paris, Seuil, 2019

Il est également auteur d’un roman (Dans l’ombre d’Adam, Paris, L’Œuvre, 2013) et a co-dirigé, avec Cyrille Michon, un Dictionnaire des monothéismes, Paris, Seuil, 2013. 

III – Lectures

Le 3e temps de la séance officielle fut consacré à différentes lectures effectuées par des membres de l’académie.

Michel Valmer présenta des textes du poète René Guy Cadou.

Annie Ollivier donna lecture d’un extrait de L’ironie du sort de Paul Guimard.

Le 3 mars 2021, Paul Guimard aurait eu 100 ans. Né à Saint-Mars la Jaille, il vécut ensuite à Nantes où il a débuté sa carrière de journaliste. Homme de radio, éditeur, conseiller du président, écrivain, il est l’auteur de romans (Les Faux frères, Rue du Havre [ prix Interallié 1957], les Choses de la vie…..), de pièces de théâtre et de poèmes.

Liens de Paul Guimard avec l’Académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire
1961 : Reçoit le Grand prix de l’Académie pour L’Ironie du sort
1965-1973 : Devient membre actif
1965-2004 : Devient membre d’honneur

Eric Chartier déclama un texte de Victor Hugo, « La Pieuvre »

« Pour croire à la pieuvre, il faut l’avoir vue.
Comparées à la pieuvre, les vieilles hydres font sourire.
À de certains moments, on serait tenté de le penser, l’insaisissable qui flotte en nos songes rencontre dans le possible des aimants auxquels ses linéaments se prennent, et de ces obscures fixations du rêve il sort des êtres.
L’inconnu dispose du prodige, et il s’en sert pour composer le monstre.
Orphée, Homère et Hésiode n’ont pu faire que la Chimère ; Dieu a fait la pieuvre.
Quand Dieu veut, il excelle dans l’exécrable.
Le pourquoi de cette volonté est l’effroi du penseur religieux.
Tous les idéals étant admis, si l’épouvante est un but,
la pieuvre est un chef-d’œuvre. 
»

Dessin de Victor Hugo vers 1866.
Plume, pinceau, encre brune et lavis sur papier crème (357 x 259 mn)
Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, NAF 247452, fol. 382

En conclusion de la séance, Didier Martin, Préfet de la région des Pays de la Loire, fut invité à prendre la parole.